Les espaces tridimensionnels ont définitivement pris forme aujourd’hui dans l’atelier de Guillermo. Le discours s’oriente maintenant sur la notion de trajectoire. Depuis le départ, les équipes avaient en tête une expérience qu’elles souhaitent communiquer et faire vivre aux utilisateurs de leurs espaces. Les maquettes sont en ce moment des structures vides qui servent de charpente de base au projet. Puisqu’elles ne sont pas constituées de boîtes fermées, elles laissent place à créer des espaces qui sont plus que ce que la structure pourrait imposer. Guillermo démontre ainsi que la structure (qui est habituellement une contrainte majeure dans la réalisation d’un projet architectural, surtout lors de la construction) peut être perçue comme un élément porteur de concept pour créer des espaces riches en expériences.

En fin de journée, les équipes ont commencé à réfléchir à la texture, à la transparence et à l’opacité qu’elles donneront à l’enveloppe de leurs espaces.