04

Le quartier du futur G-LDOUA commence à se matérialiser. Aujourd’hui, la maquette (1:1000?) a pris forme en acrylique et certains accessoires des différents espaces sont apparus. Puisque chaque équipe est en charge d’un des espaces de ce quartier dont la seule et unique priorité est le FUN, nous aurons la chance de pouvoir voir de nos propres yeux divers éléments du futur, par maquette, impression et projection. Ce sera une expérience unique. Notez comment la poudre ingérable du futur semble appétissante et procure des effets divers. Il parait que même aller aux toilettes sera une expérience extrême dans ce lieu à moitié physique, à moitié numérique.


04

Les espaces tridimensionnels ont définitivement pris forme aujourd’hui dans l’atelier de Guillermo. Le discours s’oriente maintenant sur la notion de trajectoire. Depuis le départ, les équipes avaient en tête une expérience qu’elles souhaitent communiquer et faire vivre aux utilisateurs de leurs espaces. Les maquettes sont en ce moment des structures vides qui servent de charpente de base au projet. Puisqu’elles ne sont pas constituées de boîtes fermées, elles laissent place à créer des espaces qui sont plus que ce que la structure pourrait imposer. Guillermo démontre ainsi que la structure (qui est habituellement une contrainte majeure dans la réalisation d’un projet architectural, surtout lors de la construction) peut être perçue comme un élément porteur de concept pour créer des espaces riches en expériences.

En fin de journée, les équipes ont commencé à réfléchir à la texture, à la transparence et à l’opacité qu’elles donneront à l’enveloppe de leurs espaces.


04

«Une image vaut mille mots» — Confucius

Dans le cas des participantes et participants de l’atelier mené par l’Agence Bruther, l’image du bâtiment sur lequel ils devaient travailler n’en valait que deux ou trois. Mais ils ont dû trouver les bons. De ces thématiques, ils ont bâti un atlas collectif en images, toujours sous la thématique générale du bâtiment machine. Suite à leur présentation, les équipes ont eu la mission de créer un photomontage représentant d’une manière abstraite les thématiques qu’ils ont traitées depuis le début de la semaine. La vidéo et les photos suivantes vous permettront de mieux comprendre.

Dès demain (ce soir pour certaines équipes), le travail en maquette débutera. L’objectif est d’interpréter une fois de plus ces thématiques. Pour les aider dans leur travail, Alexandre et Sinisha ont fait appel à Guillaume Sasseville qui est passé à l’atelier en fin de journée. Il a présenté sa méthode de travail et la pertinence du travail en mini maquette en architecture.


04

Aujourd’hui, la journée fut dédiée au perfectionnement des strates. Les élèves voguaient entre la création et la discussion. Tour à tour, ils prenaient place sur les tables lumineuses, superposant leurs constructions, afin d’en arriver à une certaine cohérence.

Certains inventèrent même un outil permettant de créer plus facilement ce qu’ils avaient en tête. Yeoryia Manolopoulou les accompagnait dans leur cheminement créatif, n’oubliant jamais de prendre quelques photos pour ses archives…



04

Aujourd’hui, les premières animations à l’ordinateur devaient être complétées. Par la suite, les efforts étaient concentrés sur la composition des affiches. C’est en après-midi qu’on imprima au laser celles-ci pour la première fois. Les affichant aux murs près de l’ascenseur, chacun prit la parole afin d’expliquer son intention. Le commentaire général était surtout de retravailler le choix typographique et de s’éloigner de la composition utilisée pour les livres.
Ce soir, les émulsions pour la sérigraphie seront préparées et la production pourra débuter dès le lendemain matin.



04

Ce fut une longue journée pour les étudiants de Matthias Kreutzer.

Ce matin, les grands papiers tapissant les murs, ont été retirés. On ne garda que la version “grand format” des lettres. Continuant la recherche des jours précédents, les élèves construisaient leur alphabet. Ils devaient penser aux versions majuscules et minuscules de chacune des lettres, aux chiffres et autres glyphes…

Partant de leurs dessins réalisés à la main, ils devront créer des images vectorielles de leur langage, puis assembler le tout sur le logiciel Glyphs.

Les prochains jours seront sans repos!