Première journée de travail pour les étudiants du groupe de Matthias Kreutzer.

 

Tout débute lorsque l’on déploie une grande carte de la ville de Montréal. On la divise ensuite en quartiers. Puis, prenant un métro comme point central, une zone circulaire identifie chacun d’entre eux. Des équipes de deux sont formées et à la pige, chaque zone est distribuée. Les étudiants devront partir à la découverte de celles-ci. Ils documenteront leur promenade par le dessin, la photographie, la vidéo…

 

Le but: créer un langage en s’inspirant des petites choses qui rendent certains quartiers si particuliers. On désire trouver la poésie dans le sac de plastique qui vole au gré du vent près du métro Namur, dans les rues patchées encore pleines de nids de poule de Rosemont, dans le bruit que font les escaliers roulant du métro De Castelnau et le silence du parc Jarry lorsqu’il pleut.

 

À la fin de la journée, chaque équipe détient son inspiration. Au cours de la semaine, un langage nouveau en émergera.