06

Aujourd’hui, les étudiants de Yeoryia Manolopoulou ont réussi à compléter leur construction. C’est à ce moment qu’ils réalisent tout le cheminement qu’ils ont accompli. Puis, lorsqu’on pense que c’est la fin, une dernière discussion prend place. Ici, on est dans une constante remise en question, on désire pousser le projet un peu plus loin.

Comme à son habitude, le groupe s’installe en rond autour des tables lumineuses. L’opinion de chacun se fait entendre et on assiste même à des débats amicaux. Au moment où tout le monde se met en accord, on remet à jour la “to do list” au tableau et on retourne se mettre en action.

Thomas-Bernard Kenniff profite quand même de l’occasion pour prendre la parole. Il est clairement touché par le travail accompli cette semaine et peu importe ce que le projet deviendra dans les prochaines heures, il est ne peut qu’être extrêmement fier de ses étudiants.



05

Terminé les sketchs, aujourd’hui, place à la concrétisation des idées. Au cours de la journée, la construction 2D se transforme en une construction tridimensionnelle. Des montagnes et des rivières émergent. Tout est en constante évolution. La classe de Yeoryia Manolopoulou ressemble à une petite fourmilière. On prépare le rendu final.
Il reste peu de temps pour terminer le projet. Toutefois, les étudiants semblent plus déterminés que jamais.


https://youtu.be/1Klb3CjP50g?list=PLfHU2xWT7vDrjfaqs3DYDaklcNwCOMmJU

voir la visite complète 05 ici


04

Aujourd’hui, la journée fut dédiée au perfectionnement des strates. Les élèves voguaient entre la création et la discussion. Tour à tour, ils prenaient place sur les tables lumineuses, superposant leurs constructions, afin d’en arriver à une certaine cohérence.

Certains inventèrent même un outil permettant de créer plus facilement ce qu’ils avaient en tête. Yeoryia Manolopoulou les accompagnait dans leur cheminement créatif, n’oubliant jamais de prendre quelques photos pour ses archives…



03

Aujourd’hui, la leçon du jour fut sur la collaboration et la communication.

Chaque équipe travaillait sur la couche qui lui était assignée. S’inspirant des dessins réalisés la veille, ils devaient imaginer leur strate en fusionnant les idées de tous.

La topographie.

Une structure organique mélangeant grille, lignes courbes, montagnes et plateaux. Le tout étant conçu pour maximiser l’exploitation de la lumière fournie par le soleil.

Les pièces.

On désire exploiter la lumière des murs. Afin d’avoir la possibilité d’adapter chaque pièce à la saison en cours, certaines parois peuvent bouger. Le paysage sert de le fil conducteur.

La membrane.

La connexion entre les pièces et le ciel. Les limites entre les strates deviennent floues afin de créer une transition assez calme, un tout.

Le ciel.

Les tissus de couleur pendent d’une structure. Leur longueur varie et différents atmosphères en émergent.

Après une longue discussion, les équipes ont commencé à se mélanger afin de créer une construction plus cohérente. Tranquillement, les élèves commencent à voir la collaboration autrement.



02

En matinée, les étudiants ont pu compléter les dessins entamés la veille. Une image et de trois mots à parcourir pour, finalement, créer. Vers 14h, l’atelier est inondé d’un chaos créatif.  Toutes les méthodes sont bonnes: coudre, découper, coller, imprimer… En fin d’après-midi, les étudiants remettent leurs dessins. Tour à tour ils les posent sur la table lumineuse. On cherche leur point fort, puis on joue en les superposant. Un dialogue se crée.
“Le dessin n’est pas une image. Le dessin est une construction”



01

En cette journée grisâtre, on entame une exploration par le dessin dans la classe de Yeoryia Manolopoulou. Les élèves sont divisés en quatre équipes. Chacune d’entre elles reçoit une image. On y retrouve des oeuvres abstraites et des plans. Celles-ci serviront d’inspiration, de point de départ pour la création d’une grande oeuvre.

 

En après-midi, on retrouve une salle assez calme. Chacun est à son bureau, dessinant avec concentration, alors que les professeurs s’affèrent à des tests photos en arrière-plan…


00

L’architecte et professeure, Yeoryia Manolopoulou se distingue de ses collègues par la diversité des projets qu’elle entreprend. Elle prône l’expérimentation et l’exploration du design par différents moyens, différentes perspectives. Ainsi, elle intègre la chance, l’erreur, l’accident et le jeu dans sa pratique.


Son livre Architecture of Chance

Son projet sur la démence:

Losign Myself site web:  http://www.losingmyself.ie/

Losign Myself projet: http://ayarchitects.com/project/venice-biennale-2016/